Aller au contenu principal

Troubles auditifs : quel accompagnement et quelle prise en charge ?

Visuel illustrant une femme medecin

La perte d'audition, un problème de santé souvent sous-estimé, peut avoir un impact significatif sur la qualité de vie. Des aides et des solutions proposées par la Sécurité sociale existent. Retrouvez tous nos conseils.

Sommaire

Une « problématique de santé publique majeure » L’importance de la prévention Quel accompagnement en cas de troubles auditifs ? Aides auditives : quelle prise en charge ?

Une « problématique de santé publique majeure »

En France, un adulte sur quatre est touché par une forme de déficience auditive, selon une étude de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), parue en juin 2022.

La déficience auditive invalidante, plus grave, concerne 4% des adultes. Cette prévalence est en constante augmentation, notamment en raison du vieillissement de la population et de l'exposition accrue aux bruits environnementaux et aux technologies sonores. L'Inserm rappelle qu'environ 1,5 milliard de personnes dans le monde sont concernées par une déficience auditive. Les projections de l’OMS suggèrent que, d’ici 2050, 2,5 milliards de personnes pourraient souffrir de déficience auditive. L'institut pointe donc une « problématique de santé publique majeure », sachant que la déficience auditive est associée notamment "à une dégradation de la qualité de vie, à l’isolement social, la dépression, le déclin cognitif ou encore la démence".

En savoir plus sur le site de l'Inserm.

L’importance de la prévention

La perte auditive liée à l’âge (presbyacousie) ne peut pas être évitée. En revanche, il est possible de prévenir la perte d'audition liée au bruit.

La Fondation pour l’audition préconise quelques gestes simples pour protéger votre audition :

  1. Gardez en tête le seuil de danger : l’exposition prolongée à 80 décibels pendant plus de 8 heures peut nuire à l’audition.
  2. Utilisez des bouchons d’oreilles ou des casques anti-bruit et éloignez-vous de la source de bruit dans les environnements bruyants.
  3. Choisissez des écouteurs ou casques avec réduction de bruit et ajustez le volume à la moitié du maximum possible.
  4. Equilibrez vos expositions sonores en accordant des temps de repos au calme lorsque vous écoutez des sons forts.
  5. Bannissez les cotons-tiges.

Quel accompagnement en cas de troubles auditifs ?

Un dépistage précoce permet une prise en charge rapide et efficace des problèmes auditifs, ce qui peut contribuer à prévenir des complications potentiellement graves telles que l'isolement social et la détérioration de la santé mentale. Il est recommandé de réaliser un dépistage auditif régulier, en particulier pour les personnes exposées à des environnements bruyants ou présentant des antécédents familiaux.

Dans le cadre du dispositif «  Mon bilan prévention » proposé par l’Assurance maladie, un dépistage des troubles auditifs est réalisé pour les personnes entre 60 et 65 ans et 70 et 75 ans, et aussi entre 45 et 50 ans pour les personnes exprimant des difficultés d’audition à son médecin.

Bon à savoir

La Fondation pour l’audition vous propose gratuitement une application mobile appelée « Höra ». Développée par des experts en audiologie, elle vous permet d’évaluer votre audition. En savoir plus

N’hésitez pas à faire appel également à un professionnel de santé dans le cadre du parcours de soins coordonné :

  • votre médecin généraliste ; 
  • un médecin oto-rhino-laryngologiste (ORL), spécialiste des maladies et de la chirurgie de l’oreille, celui-ci établit un diagnostic et prescrit le cas échéant une aide auditive. 

Aides auditives : quelle prise en charge ?

Selon les conclusions du diagnostic réalisé par votre médecin, un appareillage auditif peut vous être prescrit.

Les aides auditives peuvent être remboursées par l’Assurance maladie et votre complémentaire santé (mutuelle) sur prescription médicale.

2 offres vous sont proposées :

  • des aides auditives de l’offre 100 % Santé sans reste à charge si vous disposez d’une complémentaire santé responsable. L’audioprothésiste à l’obligation de vous proposer au moins un appareil de l’offre 100 % Santé ;
  • des aides auditives de classe II, en dehors du 100 % Santé : ce sont des dispositifs médicaux à prix libre fixés par l’audioprothésiste, et vous aurez sans doute à payer un reste à charge (selon votre complémentaire santé).

Bon à savoir

Quelques bonnes pratiques :

  1. Choisissez un audioprothésiste proche de chez vous car la phase d’adaptation peut nécessiter plusieurs rendez-vous.
  2. Demandez un devis détaillé à votre audioprothésiste qui précise notamment le prix de l'appareil, des accessoires et le prix des prestations d'adaptation ;
  3. Vous disposez d’un test de 30 jours de l’appareil
  4. Vos rendez-vous de contrôle sont inclus dans le prix d’achat initial : la 1re année, vous bénéficiez de 3 rendez-vous puis d’un suivi durant toute la durée de vie de l’appareil (L’Assurance maladie recommande au minimum 2 consultations par an).